RiaBlog

Arnaques liées à la COVID-19 : comment les repérer et les éviter

Arnaques liées à la COVID-19 : comment les repérer et les éviter

March 12, 2021 10 min read

Les escrocs voient les périodes marquées par les craintes et les difficultés comme l’occasion d’essayer de manipuler les gens afin de les pousser à divulguer des informations sensibles ou à télécharger un logiciel malveillant pour faciliter le vol de leurs données. Cela vaut pour toutes les sortes d’arnaques en ligne et s’applique aujourd’hui à la crise liée à la pandémie de coronavirus qui touche le monde entier.

Dans ce contexte où le risque de subir des arnaques ne cesse d’augmenter, nous vous expliquons ci-dessous comment repérer les arnaques liées à la COVID-19 et comment les éviter.

Arnaques liées à la COVID-19 : le point sur la situation

L’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a publié une déclaration appelant le public à faire preuve de vigilance face aux malfaiteurs qui “exploitent la peur et l’incertitude” liées à la pandémie de coronavirus.

À ce jour, Interpol a traité au moins 30 affaires d’arnaque liée au coronavirus. En apprenant à détecter ces arnaques, vous pourrez vous protéger contre elles. Pour commencer, vous devrez savoir sous quelles formes les arnaques liées à la COVID-19 peuvent se présenter.

Sous quelles formes les arnaques liées à la COVID-19 se présentent-elles ?

Les auteurs d’arnaques sont des personnes malicieuses qui ne cessent de gagner en créativité et en ingéniosité. Leurs tactiques se basent sur les faits d’actualité concernant la pandémie de coronavirus, ce qui donne un caractère pertinent et urgent à leur message. Voici quelques exemples d’arnaques de ce type qui ont été recensées à travers le monde.

E-mails d’hameçonnage (phishing)

Un e-mail d’hameçonnage est un e-mail qui imite l’aspect d’un e-mail envoyé par une entité légitime. Ce type d’e-mail utilise en général le même nom de marque, les mêmes couleurs et le même slogan que la société qu’il est censé imiter.

Le but consiste à exploiter la crédibilité d’une marque ou d’une entreprise bien établie pour vous amener à ouvrir l’e-mail et à cliquer sur un lien. Ce lien malveillant pourrait vous diriger vers un site où il vous serait demandé d’entrer des données sensibles, comme le numéro de votre carte de crédit. Il pourrait aussi déclencher le téléchargement d’un logiciel malveillant, facilitant ainsi le vol de vos données. Ce type d’arnaques liées à la COVID-19 est devenu monnaie courante.

L’actualité concernant le coronavirus étant suivie par un nombre croissant de personnes, le public connaît de mieux en mieux le nom des organisations de santé, notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Sans surprise, les noms de ces institutions ont été utilisés dans de nombreux e-mails d’hameçonnage circulant sur Internet.

Un exemple d’e-mail prétendant provenir d’un CDC est donné ci-dessous. Vous remarquerez au bas de l’e-mail le lien malicieux sur lequel il vous est demandé de cliquer.

Arnaques à l’investissement

Les arnaques à l’investissement, également connues sous le nom d’arnaques « à la bouilloire » ou encore « pump and dump », sont perpétrées par des petites sociétés cotées en bourse qui émettent des actions de microcap, ou microcapitalisation. Ici, les fraudeurs gonflent le cours de ces actions bon marché (« pump ») en distillant des informations positives, mais fausses. Ensuite, ils larguent (« dump ») rapidement leurs actions en les vendant avant que leur cours ne s’effondre, laissant les investisseurs sans aucun rendement.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, de nombreux stratagèmes de « pump and dump » ont été mis au point par des sociétés affirmant que leurs produits ou leurs services seront utilisés pour contribuer à prévenir, détecter ou guérir la maladie. Attirés par la promesse de rendements élevés, les investisseurs achètent les actions de microcap, sans se douter qu’il s’agit une nouvelle fois d’une arnaque liée à la COVID-19.

Les arnaques à l’investissement sont diffusées par le biais de différents canaux : réseaux sociaux, bulletins d’information consacrés aux investissements, publicités en ligne, e-mails ou publications dans les salles de conversation des plateformes de trading.

Fraude dans le commerce en ligne

La fraude dans le commerce en ligne est la principale forme d’arnaques en lien avec la COVID-19. En général, ces arnaques se rapportent à la vente en ligne de produits tels que des masques de protection. Les fraudeurs savent que ces masques sont disponibles en quantité limitée et font l’objet d’une forte demande par les personnes qui souhaitent se protéger et protéger les êtres qui leur sont chers contre le risque de contamination.

Parmi ces masques, nombreux sont ceux qui sont en réalité des contrefaçons inefficaces ou qui n’existent tout simplement pas. Au Royaume-Uni, un acheteur a indiqué avoir perdu plus de 15 000 livres sterling (plus de 17 000 euros) après avoir commandé des masques qui n’ont jamais été livrés. D’autres fraudes liées au commerce prétendent offrir des « remèdes miracles » contre le coronavirus.

L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) et la Commission fédérale du commerce américaine (FTC), dont l’objectif commun est de protéger la santé humaine en assurant la sécurité des denrées alimentaires,

ont envoyé des lettres d’avertissement à plusieurs sociétés car elles vendaient des « produits frauduleux contre la COVID-19 » prétendant prévenir ou guérir la maladie. Cette pratique compte parmi les principales manœuvres frauduleuses liées à la COVID-19. Parmi les produits frauduleux figurent des thés, des huiles essentielles, des teintures et des produits à base d’argent colloïdal.

Arnaques aux collectes de fonds

Les arnaques aux collectes de fonds consistent en des appels frauduleux aux dons prétendant soutenir des activités philanthropiques visant à prévenir ou guérir le coronavirus ou à en soulager les symptômes. Ces fraudes sont commises par de faux organismes caritatifs qui jouent sur les émotions pour exploiter la compassion du public envers les personnes affectées par la pandémie.

Il faut savoir que les organismes caritatifs agréés sont vérifiés et approuvés par l’autorité compétente dans la région où ils sont établis. Or, il arrive que des donneurs peu méfiants ne vérifient pas si un prétendu organisme caritatif est véritablement agréé et lui donnent malgré tout de l’argent, sans savoir que cet argent tombe dans la poche d’un fraudeur.

Arnaques au porte-à-porte

Bien que les escroqueries commises en personne soient nettement moins répandues que celles commises en ligne ou par téléphone, une recrudescence de ces escroqueries a été constatée auprès des personnes âgées dont le risque de décès suite à une contamination par le coronavirus est accru.

À Suffolk, en Angleterre, on a signalé des cas de personnes se présentant au domicile de personnes âgées en se faisant passer pour des membres de la Croix-Rouge britannique. Ces imposteurs proposaient aux personnes touchées de faire leurs courses au supermarché en échange d’une somme d’argent. Dans ces cas, les fraudeurs prétendent promouvoir le respect des mesures prises par les pouvoirs publics afin de protéger les personnes âgées contre le risque de contamination par le coronavirus.

Les victimes ont indiqué qu’après avoir remis leur argent pour payer la personne proposant de faire leurs courses, elles n’ont plus jamais revu cette personne.

Fraude au téléphone

Aujourd’hui, tous les ménages disposent d’un téléphone fixe ou d’un téléphone mobile, ce qui profite aux fraudeurs qui les utilisent comme un autre moyen de commettre des fraudes en lien avec la COVID-19 et d’exploiter la pandémie pour voler de l’argent.

Des signalements ont fait état de personnes appelant des ménages en se faisant passer pour des agents travaillant pour des autorités médicales. Dans ces cas, les imposteurs informaient la personne au téléphone qu’un de leurs proches était tombé malade de la COVID-19 et lui demandaient d’effectuer un paiement pour administrer des soins médicaux.

Escroqueries impliquant un mandat d’arrêt

Les mesures de distanciation sociale imposées par de nombreux pays pour limiter la propagation de la COVID-19 ont été utilisées pour commettre des fraudes dans lesquelles les victimes étaient induites en erreur et amenées à payer de fausses amendes. Au Canada, plusieurs personnes ont indiqué avoir reçu des messages dans lesquels les expéditeurs les menaçaient de faire appliquer la loi si elles ne payaient pas une amende.

Dans ces messages, les fraudeurs employaient des formules telles que : « Nous vous avons vu dehors alors que vous devriez être en quarantaine. Vous trouverez ci-joint un mandat d’arrêt à votre encontre. Pour mettre fin aux poursuites, vous devez vous acquitter d’une amende de 50 dollars. » Craignant d’être arrêtés ou de faire l’objet d’autres actions en justice, de nombreux destinataires ont payé les fausses amendes demandées par les fraudeurs.

Comment éviter les arnaques “coronavirus” ?

Dans ce contexte en constante évolution, nous aimerions vous donner six conseils de sécurité pour vous éviter de tomber dans une arnaque liée au coronavirus.

1. Adoptez les bonnes pratiques pour assurer votre sécurité en ligne et au téléphone

Voici peut-être notre conseil de sécurité en temps de COVID-19 le plus important : mettez régulièrement à jour la sécurité de votre ordinateur à l’aide d’antivirus et de logiciels anti-programmes malveillants. Ces outils doivent être utilisés en combinaison avec un pare-feu robuste pour empêcher tout e-mail frauduleux de parvenir à votre boîte de réception.

Si vous pensez avoir reçu un e-mail d’hameçonnage, ne l’ouvrez pas. Si vous l’avez ouvert, abstenez-vous de cliquer sur les éventuels liens ou pièces jointes qu’il contient. De la même manière, si vous recevez un appel d’un numéro inconnu qui selon vous est un appel automatisé, ne répondez pas. Laissez-le être acheminé vers votre messagerie vocale pour l’écouter plus tard.

Si vous ne reconnaissez pas l’expéditeur d’un e-mail, signalez-le comme indésirable ou supprimez-le. Si vous avez entré par erreur votre nom d’utilisateur et votre mot de passe sur une page web qui vous semble frauduleuse par la suite, modifiez immédiatement vos informations d’identification.

2. Examinez la provenance de ce que vous recevez

Il se peut que vous reconnaissiez le nom de l’expéditeur, en particulier s’il était prévu qu’il vous contacte. Toutefois, il est recommandé de vérifier son site web ou son adresse e-mail. Par exemple, les e-mails provenant de l’Organisation mondiale de la santé se termineront tous exactement par @who.int. Si vous remarquez une différence, par exemple si l’adresse se termine par @who.org, faites preuve de vigilance. Dans ce cas, il vaut mieux approfondir votre examen avant de cliquer sur un quelconque lien ou de répondre à l’e-mail.

3. Utilisez des outils de vérification en ligne

Si l’expéditeur prétend faire partie d’une association caritative qui apporte son aide aux personnes affectées par le coronavirus, effectuez une recherche pour trouver l’association dans un outil de vérification en ligne des associations caritatives. L’outil de vérification vous aidera à vérifier l’existence et les références des associations caritatives agréées.

Si l’association caritative est basée aux États-Unis, vous pouvez utiliser Check-A-Charity. Si elle est basée au Royaume-Uni, vous pouvez utiliser Charity Search. Si l’organisation est établie en Australie, utilisez le Charity Register.

Ainsi, vous pourrez vous assurer que votre don aidera les personnes réellement touchées par la pandémie de coronavirus et ne tombera pas entre les mains d’un fraudeur.

4. Ne vous empressez pas de payer à l’avance

Alors que la propagation rapide du coronavirus perturbe de nombreux services dans le monde entier, y compris les services de transfert d’argent, les fraudeurs profitent de la situation pour convaincre leurs cibles de prendre des mesures immédiates. Si vous avez reçu un message dans lequel l’expéditeur insiste pour que vous « payiez maintenant » ou avant une date limite donnée, faites preuve de vigilance.

Ne cédez pas à la pression vous poussant à effectuer un paiement. Prenez le temps nécessaire pour vous renseigner ou réfléchir. Parlez-en à un ami pour qu’il vous donne son avis objectif quant à la transaction et pesez le pour et le contre avant d’aller au bout des choses.

5. Vérifiez les avis fournis par d’autres personnes

Le meilleur moyen de savoir à l’avance si vous serez satisfait en tant que client d’un service consiste à déterminer si le prestataire a fait l’objet d’avis positifs de la part d’autres clients satisfaits.

Effectuez une recherche sur Google en saisissant le nom de la personne ou de l’entité en question suivie du mot « avis ». Si la recherche ne donne aucun résultat, méfiez-vous. Dans ce cas, examinez plus en détail l’expéditeur ou la transaction avant de donner votre argent.

6. Contactez votre banque pour faire opposition à un paiement

Si vous avez effectué un paiement en ligne ou par téléphone, mais que vous le regrettez ensuite ou pensez qu’il s’agissait d’une fraude, contactez votre banque immédiatement. Votre banquier pourrait être en mesure de bloquer le paiement avant qu’il ne parvienne au destinataire.

Même si un certain délai s’est écoulé entre le paiement et votre prise de conscience, signalez-le tout de même à votre banque. Celle-ci mettra en œuvre les mesures nécessaires pour récupérer votre argent ou signalera le vol aux autorités compétentes.

Quels enseignements avons-nous tirés ?

La propagation de la COVID-19 a semé un vent de panique dont les fraudeurs tentent de tirer profit. Cela dit, vous serez désormais capable de mieux détecter les potentielles arnaques liées à la COVID-19 et serez moins susceptible d’en être la victime. De notre côté, l’équipe responsable de la sécurité des données chez Ria travaille d’arrache-pied pour atténuer les risques et garantir la sécurité de vos transferts d’argent et de vos données. Nous traversons cette situation ensemble. Soyez prudent et portez-vous bien.

A propos de l'auteur

Arthur Guzzo

Related posts

Arnaques liées à la COVID-19 : comment les repérer et les éviter
COVID-19
Industry and Business News

Arnaques liées à la COVID-19 : comment les repérer et les éviter

Les escrocs voient les périodes marquées par les craintes et les difficultés comme l’occasion d’essayer de manipuler les gens afin de les pousser à divulguer des informations sensibles ou à télécharger un logiciel malveillant pour faciliter le vol de leurs données. Cela vaut pour toutes les sortes d’arnaques en ligne et s’applique aujourd’hui à la […]

March 12, 2021

Comment envoyer et recevoir de l’argent avec Ria Money Transfer
COVID-19
L'utilisation de Ria

Comment envoyer et recevoir de l’argent avec Ria Money Transfer

En ces temps incertains, il est plus important que jamais d’être en mesure de tendre la main aux êtres qui nous sont chers. Peu importe l’agitation qui frappe notre monde, nous avons toujours une responsabilité envers notre famille, nos amis et nos communautés, et ce, quelle que soit la région où ils se trouvent. Or, […]

March 12, 2021

Transferts d’argent et COVID-19 : les réponses à vos questions
COVID-19
Industry and Business News

Transferts d’argent et COVID-19 : les réponses à vos questions

En ces temps d’incertitude, nous comprenons que vous pouvez avoir des questions concernant notre service et le processus d’envoi d’argent. Ci-après, vous trouverez une liste de questions fréquentes que nous avons reçues au cours de la crise liée à la COVID-19. Pour obtenir des informations plus générales sur nos services ou sur la manière d’envoyer de l’argent avec Ria, veuillez consulter notre centre de connaissances.  Est-il toujours possible d’envoyer et de recevoir de l’argent avec Ria ?  Oui, la plupart de nos services et de nos sites sont toujours opérationnels. Pour envoyer de l’argent en temps de Covid-19, nous vous encourageons également à utiliser nos solutions numériques par l’intermédiaire du […]

March 9, 2021

RIA Lithuania UAB. © 2024 Continental Exchange Solutions, Inc. Tous droits réservés.