RiaBlog

Comment l’Aïd al-Adha est célébré dans le monde musulman

Comment l’Aïd al-Adha est célébré dans le monde musulman

June 13, 2024 6 min read

Muslim family sharing a meal.

L’Aïd al-Adha, également connu sous le nom de fête du sacrifice, est une pierre angulaire de la tradition islamique, symbolisant la foi profonde, l’obéissance et la compassion.

Qu’est-ce que l’Aïd al-Adha ?

L’Aïd al-Adha honore la volonté du prophète Ibrahim (Abraham dans la tradition judéo-chrétienne) de sacrifier son fils Ismaïl (Ismaël) en signe d’obéissance à Dieu, qui est intervenu en fournissant un bélier à sacrifier à la place.

L’Aïd al-Adha tombe le 10e jour de Dhu al-Hijjah, le 12e et dernier mois du calendrier lunaire islamique et dure quatre jours. Il marque le point culminant du pèlerinage du Hajj à La Mecque, la ville la plus sainte de l’islam, que tout musulman adulte physiquement et financièrement capable doit entreprendre au moins une fois dans sa vie.

Cette occasion sacrée est marquée par des rituels qui résonnent profondément chez les musulmans du monde entier : de la prière et du sacrifice aux festins communautaires et aux actes de charité.

Comment l’Aïd al-Adha est-il célébré ?

La célébration de l’Aïd al-Adha se caractérise par plusieurs rituels clés :

  • Prière : la journée commence par une prière spéciale, connue sous le nom de prière de l’Aïd, qui est effectuée dans les congrégations des mosquées ou des lieux de prière ouverts. La prière se compose de deux rakats (unités), suivies d’un sermon (khutbah) prononcé par l’imam (chef de prière).
  • Sacrifice : après la prière de l’Aïd, les musulmans qui peuvent se le permettre effectuent le sacrifice rituel connu sous le nom de Qurbani. Ils abattent un animal, généralement un mouton, une chèvre, une vache ou un chameau, en commémoration de la volonté d’Ibrahim de sacrifier son fils. La viande de l’animal sacrifié est divisée en trois parties : un tiers est donné aux nécessiteux, un tiers est partagé avec les parents et les amis, et un tiers est conservé pour la consommation personnelle de la famille.
  • Festin et célébration : l’Aïd al-Adha est un moment de célébration et de festin en famille et entre amis. Des plats spéciaux sont préparés et des repas somptueux sont partagés pour marquer l’occasion. Il est également coutume d’échanger des cadeaux et de rendre visite à des parents et à des proches.
  • Charité : La charité et les actes de bonté sont mis en avant pendant l’Aïd al-Adha. Les musulmans sont encouragés à donner à ceux qui sont dans le besoin, en particulier pour s’assurer que tout le monde puisse participer aux festivités et profiter d’un repas copieux.

Cependant, différents pays ont des traditions, des repas ou des rituels particuliers pour célébrer l’Aïd al-Adha :

L’Égypte

Dans certaines villes égyptiennes, les anciennes coutumes liées à l’Aïd al-Adha et au sacrifice rituel persistent. Dans des régions comme Sohag, par exemple, les habitants ornent la tête du mouton avant son abattage, peignant son front avec du henné et ajoutant de la couleur à des parties spécifiques du corps.

Ils défilent avec l’animal dans les rues voisines, chantant et se délectant. Il y a des cas où des individus peuvent tremper leurs mains dans le sang du sacrifice, laissant des empreintes sur les murs et les portes en guise de commémoration.

Une autre tradition durable héritée des générations passées est la coutume de rendre hommage. En règle générale, les Égyptiens se rendent sur les tombes de leurs parents décédés pour transmettre leurs vœux de l’Aïd, soit le jour d’Arafah, soit le lendemain du premier jour de l’Aïd.

L’Arabie saoudite

En tant que berceau de l’islam et foyer des villes saintes de La Mecque et de Médine, l’Arabie saoudite observe l’Aïd al-Adha avec grandeur. L’Aïd al-Adha marque la fin du Hajj, le pèlerinage annuel à La Mecque. En 2023, le nombre de pèlerins était de plus de 2,5 millions, battant les précédents records de fréquentation.

L’Aïd al Adha commence par des prières communautaires dans des mosquées ou des lieux de prière ouverts, auxquelles assistent des hommes, des femmes et des enfants. Les enfants portent des paniers de bonbons et de dattes à distribuer aux fidèles pendant la prière de l’Aïd.

Après les prières, les familles se réunissent pour profiter de festins, échanger des cadeaux et distribuer de la viande d’animaux sacrifiés (généralement des moutons, des chèvres, des vaches ou des chameaux) aux parents, aux voisins et aux moins fortunés.

Le kabsa , un repas traditionnel en Arabie saoudite, est un mets précieux de l’Aïd. Ce plat de riz parfumé comprend du riz assaisonné, de la viande tendre (généralement du poulet ou de l’agneau) et un mélange d’épices comme la cardamome, la cannelle et les clous de girofle. Souvent accompagné de noix grillées et complété d’une savoureuse sauce tomate, le Kabsa revêt une importance particulière pendant la saison des fêtes.

La Turquie

En Turquie, la fête connue sous le nom d’Aïd est appelée Şeker Bayramı, traduit par « Fête du sucre ». Ce titre fait un clin d’œil aux délices sucrés qui jouent un rôle central dans les festivités. Les ménages turcs se préparent des plats traditionnels comme le baklava et halva pour marquer l’occasion.

La journée commence par le nettoyage et l’enfilage de nouveaux vêtements. Ensuite, les croyants assistent aux prières du matin dans les mosquées ou les lieux de prière désignés.

Après les prières, les familles sacrifient des animaux, généralement des moutons, et distribuent la viande aux membres de la famille, aux voisins et aux nécessiteux. En Turquie, il est interdit de sacrifier des animaux en dehors des abattoirs ou abattoirs autorisés, dont beaucoup sont situés à la périphérie des grands centres urbains.

Malgré l’importance culturelle de rendre visite à des parents et à des amis pendant les vacances, certaines personnes en Turquie choisissent de renoncer au sacrifice traditionnel d’animaux et de remplacer par des dons à des causes caritatives ;.

Le Maroc

L’Aïd al-Adha, ou Aïd al-Kabir comme on l’appelle au Maroc, commence par les prières du matin dans les mosquées ou les zones de prière désignées. Les Marocains se parent de vêtements de fête traditionnels ornés de motifs et d’ornements marocains uniques.

Les familles sacrifient des animaux, généralement des moutons, et distribuent la viande aux parents, aux voisins et aux moins fortunés. Des plats traditionnels marocains tels que le couscous à la viande et des pâtisseries comme le msemen sont préparés pour les repas de fête.

Cependant, ce qui distingue vraiment l’Aïd al-Adha au Maroc, c’est le rituel Boujloud, particulièrement important à Meknès. Au cours de cette tradition, les individus s’enveloppent dans des peaux de chèvre ou de mouton. Ornés de masques, ils rejoignent une cohorte de participants déguisés de la même manière. Ensemble, ils défilent dans la ville accompagnés de battements de tambours rythmés et de chansons spécialement conçues pour l’occasion. Malgré l’atmosphère animée, les habitants de Meknès adoptent chaleureusement cette coutume, offrant des bonbons, de l’argent et même des portions de leurs animaux sacrifiés en signe d’appréciation pour le plaisir que ces participants apportent.

Le Pakistan

Au Pakistan, l’Aïd al-Adha est accueilli avec enthousiasme. Les musulmans commencent leur journée par des prières collectives dans les mosquées après l’observation de la nouvelle lune. Les spécialités pakistanaises traditionnelles telles que le Biryani, le Sheer Khurma et le Seviyan sont préparées à la maison et dégustées en compagnie de leurs proches.

C’est une tradition courante de voir les mains ornées de henné à partir de la veille de l’Aïd. Des personnes de tous âges, des jeunes filles aux femmes âgées, décorent leurs mains en prévision de l’occasion.

Un autre moment fort de l’Aïd-ul-Adha au Pakistan est la réunion avec les amis et les membres de la famille, ce qui en fait l’un des aspects les plus chers de la célébration. L’Aïd est également un moment important pour rendre visite aux membres malades et âgés de la communauté qui peuvent ne pas être en mesure de participer aux festivités à l’extérieur. De plus, une tradition encourage les hommes adultes à se rendre dans les cimetières pour rendre hommage à leurs proches disparus, reconnaissant leur mémoire et leur héritage pendant cette période sacrée.

Souvent, le gouvernement pakistanais demande à Pakistan Railways et Pakistan International Airlines de réduire les tarifs jusqu’à 30 % pour permettre aux voyageurs de rencontrer leurs proches.

A propos de l'auteur

Gabriela Solis

Gabriela Solis is Ria's Senior Content Writer. Located in Querétaro, México, she focuses on telling stories that show the myriad human faces of remittances.