RiaBlog

Qu’est-ce que Dashain et pourquoi le célèbre-t-on ?

Qu’est-ce que Dashain et pourquoi le célèbre-t-on ?

March 10, 2021 5 min read

Chaque religion a sa propre version de la lutte du bien contre le mal. Les chrétiens se remémorent le séjour de Jésus au désert et sa tentation par le diable, les juifs se souviennent de la chute de l’Homme en conséquence du péché d’Adam et Ève, et les musulmans font le récit d’Iblis, un ange déchu qui a refusé d’obéir à l’ordre de Dieu.

Il s’avère justement que Dashain se rapporte aussi à la victoire du bien contre le mal. Connu dans le monde entier, ce festival spirituel s’étalant sur 15 jours est célébré à la fois par les hindous, les bouddhistes et les descendants des Kirat au Népal.

Pourquoi célèbre-t-on Dashain ?

Dashain commence au mois d’Ashvin, le septième mois du calendrier hindou, qui coïncide avec la shukla paksha (quinzaine lunaire lumineuse). Le festival se conclut à la purnima (pleine lune), d’ordinaire entre septembre et octobre du calendrier grégorien.

Pourquoi célèbre-t-on Dashain ?

Selon la théologie hindoue, Mahishasura, un démon-buffle capable de changer de forme, envahit et ravage le devaloka, le monde où vivent les dieux et les devas. Durga, la déesse de la guerre, décide d’intervenir et d’engager le combat contre la bête immonde. Durga se manifeste sous de nombreuses formes, chaque forme étant célébrée lors d’un jour en particulier du festival. Au dixième jour, Durga finit par vaincre Mahishasura au point culminant de la bataille : le triomphe du bien sur le mal, qui constitue le fondement même de la célébration de Dashain.

Que se passe-t-il durant le festival de Dashain ?

Le festival et ses principales célébrations se déroulent pendant 15 jours au total. Certains jours ont une signification plus particulière que d’autres. Examinons ensemble quelques-uns des jours les plus importants du festival :

  • Jour  1 – Le début du festival est marqué par une bénédiction. Un prêtre hindou prend un grand pot en métal appelé kalash, le remplit d’eau bénite, puis le recouvre de bouse de vache sur laquelle sont semées des graines de « Jamara ». Ces semences à croissance rapide germent au bout de dix jours. Le pot est ensuite placé dans une salle de prière spéciale, et le prêtre lui donne sa bénédiction lors d’une cérémonie appelée puja, en demandant à l’esprit de Durga de descendre et de manifester sa présence.
  • Jour  7 – La plus grande célébration a lieu. Le kalash est transporté avec toutes sortes d’ornements végétaux tels que des tiges de banane, des feuilles de pomme d’éléphant, de l’herbe de blé et de la canne à sucre auxquels est attaché un tissu rouge. C’est ce que l’on appelle un Phulpati (littéralement « fleurs, plantes et feuilles »), lequel est transporté lors d’une parade complète conjuguée à un cortège spirituel. L’armée népalaise y fait alors une démonstration de ses aptitudes et talents avec une cérémonie de tirs d’armes, et le Président rend aussi un hommage. Personne ne travaille ce jour-là, et chacun est invité à retourner dans son foyer ancestral pour implorer la déesse Durga de lui accorder sa bénédiction. La fin du défilé marque le début officiel du festin.
  • Jour  8 – Au huitième jour, les prêtres et les pénitents accomplissent le sacrifice rituel d’animaux, notamment des buffles, des chèvres, des poules et des canards, et utilisent le sang versé dans le cadre de divers cérémonies et rites de purification. Une fois que les offices religieux ont été célébrés, il est dit que le fait de manger l’animal permettra à celui qui le consomme d’être gratifié de faveurs. Les habitants célèbrent cette occasion avec des fêtes et des festins, donnant lieu à des instants de joie immense au sein du peuple népalais.
  • Jour  9 – En ce jour, de nombreux outils de travail et véhicules sont bénis par le biais d’offrandes sacrificielles. Le temple de Taleju, le lieu de culte le plus célèbre du Népal, dont l’accès est normalement interdit aux visiteurs, ouvre ses portes au grand public durant cette journée uniquement. Des milliers de pèlerins font la queue pour entrer dans cet espace sacré.
  • Jour  10 – Le dixième jour, les aînés réunissant parents et amis donnent à leurs cadets une somme d’argent ainsi qu’une bénédiction sous la forme de tika, une pâte rouge collante mélangée à du riz et appliquée sur le front. Les graines de Jamara plantées le premier jour sont désormais arrivées à maturité, et les herbes sont coupées et utilisées comme l’un des principaux ingrédients de la pâte. Cette journée resserre les liens de la communauté dans un esprit de partage intergénérationnel.
  • Jour  15 – Pour conclure le combat du bien contre le mal, soit la principale raison pour laquelle Dashain est célébré, un culte est rendu à Laxmi, la déesse de la fortune. Selon une croyance locale, celui qui reste éveillé toute la nuit sera gratifié d’un grand nombre de bénédictions, c’est pourquoi les festivités durent une journée entière. Le festival se termine une nuit de pleine lune, de sorte que la lune brille tel un deuxième soleil dans le ciel, aussi éclatante que les participants au festival.

Célébrer le festival de Dashain à l’étranger

Les ressortissants du Népal expatriés aux quatre coins du monde réservent leurs jours de congé pour pouvoir rentrer dans leur pays d’origine et participer au festival de Dashain. Il s’agit d’une période où le peuple népalais tout entier se réunit autour de ses valeurs et de son identité. Malheureusement, de nombreux Népalais ne peuvent pas retourner dans leur contrée natale pour cette occasion et, pour combler leur absence, ils envoient de l’argent à leurs proches dans leur pays d’origine. Ces envois de fonds représentent 28 % du PIB du Népal, un chiffre saisissant !

Le cœur du message du festival de Dashain est que le bien l’emporte sur le mal et que l’amour efface la douleur et la souffrance.

EN

A propos de l'auteur

Arthur Guzzo

RIA Lithuania UAB. © 2024 Continental Exchange Solutions, Inc. Tous droits réservés.