RiaBlog

Comment la fête des mères est-elle célébrée en Amérique latine ?

Comment la fête des mères est-elle célébrée en Amérique latine ?

May 9, 2024 1 min read

Latin mother and daughter

Dans les sociétés latino-américaines, les mères sont considérées comme la pierre angulaire de la sphère familiale, incarnant l’amour, la résilience et la sagesse.

C’est pourquoi la fête des mères est l’une des fêtes les plus importantes, reflétant des valeurs culturelles profondément enracinées qui ont une signification historique et religieuse.

Ce blog se penchera sur les façons uniques dont le Mexique, la Colombie, l’Argentine, le Brésil et Porto Rico célèbrent la fête des mères, en mettant en évidence les diverses coutumes et rituels d’amour qui font de cette occasion une partie chérie de la culture latino-américaine.

Fête des mères au Mexique

Saviez-vous que le Mexique est devenu le premier pays d’Amérique latine à commémorer la fête des mères ?

En 1914, le président des États-Unis, Woodrow Wilson, a proposé une journée le deuxième dimanche de mai pour célébrer les mères. En 1922, le fondateur du journal mexicain Excélsior, Rafael Alducín, a suggéré de reproduire cette célébration. L’idée a été soutenue par le secrétaire à l’éducation publique, José Vasconcelos, et elle a commencé à être mise en œuvre sans interruption le 10 mai depuis lors.

Cependant, la célébration des mères a de profondes racines préhispaniques. Les Aztèques adoraient la mère de leur dieu Huitzilopochtli, la déesse Coyolxauhqui ou Maztli, qui était représentée par la lune. La mythologie aztèque raconte que lors de la création du monde, elle a été tuée par les étoiles qui, jalouses, lui ont ôté la vie pour qu’elle ne donne pas naissance à son fils Huitzilopochtli, qui représentait le Soleil. Cependant, il est né, vainquant ainsi les ténèbres.

Voici quelques-unes des façons dont la fête des mères est célébrée au Mexique:

  • Sérénade de maman avec « Las Mañanitas »: Cette chanson est l’une de ses chansons préférées, souvent accompagnée d’un groupe de mariachis. Voici quelques-uns des couplets de la chanson : « Qu’il est beau le matin où je viens te saluer / Nous sommes tous venus ici avec joie et plaisir pour te féliciter / Le jour où tu es né, toutes les fleurs sont nées ». D’autres chansons populaires ce jour-là sont Señora, Señora, Señora, Amor Eterno et Mama.
  • Fêtes scolaires : Au Mexique, il est également de coutume d’organiser des festivals avec des danses et des représentations théâtrales pour les mères dans les écoles.
  • Honorer la Virgen de Guadalupe : De nombreux membres de l’Église catholique mexicaine se souviennent également de Notre-Dame de Guadalupe, un puissant symbole de maternité. Notre-Dame de Guadalupe représente la Vierge Marie, qui serait apparue à un paysan indigène mexicain au XVIe siècle.
  • Plats mexicains traditionnels : De nombreuses cuisines et restaurants produiront d’abondants plats mexicains classiques le jour de la fête des mères. Par exemple:
  • Mole : Une sauce mexicaine traditionnelle faite à partir d’une combinaison de piments séchés, d’épices, de noix, de graines, de chocolat et parfois de fruits comme les bananes plantains ou les raisins secs. Le mole peut varier en couleur et en saveur en fonction de la région et de la recette, avec des variantes comme le mole poblano, le mole negro et le mole verde étant populaires.
    • Pozole : Une soupe ou un ragoût mexicain copieux à base d’hominy (grains de maïs séchés traités avec un alcali), de viande (traditionnellement du porc, mais parfois du poulet ou du bœuf) et aromatisé avec un bouillon riche généralement assaisonné d’ail, d’oignon et de piments séchés. Le pozole est souvent garni de chou ou de laitue râpé, de radis, d’avocat, de quartiers de citron vert et servi avec des tostadas ou des croustilles de tortilla en accompagnement.
    • Enchiladas : Ce sont des tortillas de maïs roulées remplies de divers ingrédients tels que du fromage, de la viande (poulet, bœuf ou porc) ou des haricots. Les tortillas farcies sont ensuite nappées d’une sauce chili et cuites au four. Les enchiladas sont souvent garnies de garnitures comme de la laitue râpée, des oignons hachés, de la coriandre, de la crème sure et du fromage émietté comme le queso fresco ou la cotija.

En plus des mères, d’autres femmes telles que les tantes, les grands-mères et les marraines sont des figures maternelles importantes dans la culture mexicaine ; en particulier la marraine du baptême ou « comadre ». Le préfixe com– signifie « union » ou « ensemble » et mater signifie mère, ce qui se traduit par être une mère ensemble ou partager le travail de la maternité. Dans l’Église catholique, les marraines sont choisies dans le sacrement du baptême, de sorte que le « comadrazgo » est quelque chose de très spécial pour les mères mexicaines. Cependant, quelle que soit la signification religieuse, l’expression « mi comadre » parle d’intimité, de loyauté et de sororité.

Fête des mères en Colombie

En Colombie, la fête des mères est célébrée le deuxième dimanche de chaque mois de mai.

La reconnaissance officielle de la fête des mères en Colombie a commencé en 1925 lorsque le président Pedro Nel Ospina a décrété la fête nationale des mères sur tout le territoire.

Au début, la fête visait à honorer la Vierge Marie comme symbole de maternité, d’amour et de dévotion. Mais au fil du temps, il s’est développé pour honorer toutes les mères colombiennes, devenant une journée qui comprenait toutes sortes de maternité, quelle que soit la religion.

Voici quelques-unes des façons dont la fête des mères est célébrée en Colombie :

  • Danse salsa : Les Colombiens adorent danser la salsa – et ils sont doués pour ça ! Bien que certaines familles et mamans préfèrent rentrer à la maison après le dîner pour se détendre la soirée avec leurs proches, d’autres se dirigeront vers le bar à salsa le plus proche et se pavaneront.
  • Aller à l’église : De nombreuses familles se joignent à des messes spéciales pour exprimer leur gratitude et demander des bénédictions pour leurs mères. La foi et la spiritualité ont une grande importance dans la vie de nombreux Colombiens, et cette fête leur permet de fusionner la dévotion religieuse avec les festivités familiales.
  • Plats traditionnels colombiens : De nombreuses cuisines et restaurants produiront d’abondants plats colombiens classiques le jour de la fête des mères. Par exemple:
  • Bandeja Paisa : Un plat traditionnel colombien de la région andine du pays. C’est une recette rassasiante et délicieuse qui contient des haricots, du riz, de l’arepa, du chorizo, du plantain, du chicharrón, de l’avocat et du bœuf.
    • Puchero Santafereño : Un plat traditionnel colombien de la région de Cundinamarca en Colombie. Ce ragoût de bœuf, de poulet et de porc est un plat copieux en une seule casserole, parfait pour un week-end. Le puchero est un plat originaire d’Espagne, comme c’est le cas pour de nombreux autres plats colombiens.
    • Lechona Tolimense : Il s’agit d’un plat traditionnel, originaire du département de Tolima en Colombie. Il s’agit d’un porc entier farci de riz, de pois, de pommes de terre et d’épices, cuit dans un four en brique pendant environ dix à douze heures.

Fête des mères en Argentine

En Argentine, la fête des mères est célébrée le troisième dimanche d’octobre.

L’histoire de la fête des mères en Argentine remonte à 1931 et est liée aux traditions catholiques. L’ancienne célébration du calendrier liturgique revendiquait la fête de la Maternité de la Vierge Marie. Le pape Pie XI a institué le 11 octobre comme le jour de la « Maternité divine de Marie », en souvenir du Concile d’Éphèse, qui a proclamé Marie comme la véritable Mère du Christ en 431.

Voici quelques-unes des façons dont la fête des mères est célébrée en Argentine :

  • Réunions de famille : Les Argentins adorent les grandes réunions de famille, la fête des mères est donc l’occasion idéale d’en organiser une. Les familles se réunissent pour célébrer les mères, les grands-mères et les figures maternelles avec une abondance de nourriture traditionnelle.
  • Singing Tangos : Plusieurs tangos rendent hommage aux mères et explorent des thèmes liés à la maternité. Voici quelques tangos notables qui célèbrent les mères, avec lesquelles les familles argentines chantent souvent la sérénade à leurs mères :
  • « La Cumparsita » de Gerardo Matos Rodríguez : Bien qu’il ne s’agisse pas spécifiquement des mères, ce tango emblématique a été associé à la fête des mères en Argentine et en Uruguay en raison de sa popularité et de sa valeur sentimentale.
  • « Mi Vieja Viola » de Carlos Gardel : Ce tango, composé par Gardel et Alfredo Le Pera, évoque les souvenirs d’enfance du chanteur et le rôle que sa mère a joué dans sa vie.
  • « Madreselva » de Francisco Canaro : Ce tango, dont les paroles sont de Luis César Amadori, utilise la métaphore de la fleur « madreselva » pour évoquer les souvenirs de l’amour et de la tendresse d’une mère.
  • « A Mi Madre » d’Aníbal Troilo : Ce tango instrumental du célèbre bandonéniste Troilo est un bel hommage aux mères, transmettant des émotions d’amour et de nostalgie.
  • Plats traditionnels argentins : De nombreuses cuisines et restaurants produiront d’abondants plats argentins classiques le jour de la fête des mères. Par exemple:
    • Rôti (ou Asado) : C’est l’aliment qui produit le plus de fanatisme en Argentine. « Asado » est bien plus que de la viande grillée comme on pourrait rapidement le décrire, il fait partie de leur identité et symbole d’unité, celui qui manque le plus aux Argentins lorsqu’ils vivent à l’étranger, et pas tant pour la saveur elle-même que pour tout le rituel qu’elle représente. « Asado », c’est se réunir tôt le week-end avec des amis ou de la famille, allumer le feu, boire un maté qui, au fil des heures, se transforme en vin ou en Fernet, et la rencontre se prolonge tout au long de la journée. Il ne s’agit pas seulement de manger lorsque la viande est prête, le grill est accompagné de discussions animées et de musique.
    • Alfajor : L’idée est simple : deux biscuits moelleux et sucrés avec du dulce de leche au milieu et trempés dans du chocolat, dans sa version traditionnelle. Les marques les plus connues sont Havana et Cachafaz.
    • Facturas : Ce sont les accompagnements les plus classiques pour s’accoupler. Il en existe de nombreuses variétés : la pâte de coing, la crème pâtissière, le dulce de leche, la pâte feuilletée, ou encore les croissants classiques de type croissant mais plus sucrés et plus petits.

Fête des mères au Brésil

La fête des mères au Brésil est célébrée le deuxième dimanche de mai.

En 1932, le président Getúlio Vargas a signé le décret qui a créé la date officielle de célébration. Le décret indique que la fête des mères a été instituée pour célébrer les « sentiments et les vertus que l’amour maternel aide à éveiller et à développer dans le cœur humain, contribuant à son amélioration dans le sens de la bonté et de la solidarité humaine ».

Voici quelques-unes des façons dont la fête des mères est célébrée au Brésil :

  • Assister à la messe ensemble : Au Brésil, où le catholicisme est la religion dominante, de nombreuses familles commencent leur célébration de la fête des mères en participant à la messe collectivement. Le reste de la journée consiste généralement à déguster de délicieux plats et à passer du temps de qualité ensemble.
  • Danse de la samba : Bien que beaucoup prétendent que l’origine de la samba a eu lieu lors de la conquête de l’Espagne ultérieure par les musulmans, son influence serait également liée aux esclaves du Congo et de l’Angola qui sont arrivés au Brésil pendant la traite des esclaves. Le résultat de la fusion européenne, africaine et sud-américaine a donné naissance à une danse unique que les Brésiliens exécutent comme personne d’autre.
  • Plats traditionnels brésiliens : De nombreuses cuisines et restaurants produiront des plats brésiliens classiques le jour de la fête des mères. Par exemple:
  • Quindim : Le quindim est un dessert brésilien populaire à base de jaunes d’œufs, de sucre et de noix de coco râpée. Il a une couleur jaune vif en raison des jaunes d’œufs et est généralement cuit dans de petits moules de taille individuelle. Quindim a une saveur douce et riche avec une texture lisse et semblable à une crème pâtissière.
    • Brigadeiros : Les Brigadeiros sont de délicieuses truffes au chocolat à base de lait concentré, de poudre de cacao, de beurre et de pépites de chocolat. Le mélange est cuit jusqu’à épaississement, puis roulé en petites boules et enrobé de pépites de chocolat.
    • Feijoada : La feijoada est un ragoût brésilien copieux et savoureux à base de haricots noirs et d’une variété de coupes de porc ou de bœuf telles que des saucisses, du bacon et des côtes de porc. Il est souvent cuit lentement pour permettre aux saveurs de se mélanger, ce qui donne un plat riche et savoureux. La feijoada est traditionnellement servie avec du riz blanc, du chou vert, des tranches d’orange et de la farofa (farine de manioc grillée).

Fête des mères à Porto Rico

La fête des mères à Porto Rico est célébrée le deuxième dimanche de mai.

La première édition de l’hommage aux mères portoricaines a eu lieu à Yauco, un an après qu’il ait été déclaré officiel aux États-Unis (1914) lorsqu’Amina Tió de Malaret a demandé à l’Assemblée législative en 1915 de déclarer le deuxième dimanche de mai fête des mères.

Voici quelques-unes des façons dont la fête des mères est célébrée à Porto Rico :

  • Offrir des fleurs : Une tradition courante consiste à offrir des fleurs aux mères. Les Portoricains ont reçu des bouquets de fleurs colorées et parfumées, telles que des roses, des lys ou des margaritas, en signe d’amour et d’appréciation. Il est également courant d’offrir des cartes de félicitations avec des messages émotionnels et personnalisés.
  • Activités de plein air : Les Portoricains bénéficient d’un temps chaud tout au long de l’année, et les célébrations de la fête des mères comprennent généralement des promenades le long de la plage, des pique-dans le parc ou des excursions dans les lieux touristiques de l’île. C’est l’occasion de profiter de la compagnie de votre mère et de créer des souvenirs spéciaux ensemble.
  • Plats traditionnels portoricains : De nombreuses cuisines et restaurants produiront des plats portoricains classiques le jour de la fête des mères. Par exemple:
  • Mofongo : Le mofongo est un plat portoricain bien-aimé composé principalement de purée de bananes plantains frites, qui sont généralement assaisonnées d’ail, de sel et parfois de craquelins de porc (chicharrón). La purée de bananes plantains est façonnée en boule ou en monticule et souvent servie avec une sauce ou un bouillon salé, comme une sauce à base d’ail ou de tomate, et peut également inclure des protéines comme des crevettes, du poulet ou du porc.
    • Tembleque : Le tembleque est un pudding traditionnel portoricain à la noix de coco qui est lisse, crémeux et délicatement sucré. Il est fait avec du lait de coco, du sucre, de la fécule de maïs et parfois de la cannelle ou de la vanille pour aromatiser. Le pudding est cuit jusqu’à épaississement, puis versé dans des moules pour durcir. Une fois refroidi et ferme, le tembleque est généralement garni de cannelle ou de flocons de noix de coco grillés avant de servir.
    • Tostones : Les tostones sont une collation ou un plat d’accompagnement portoricain populaire à base de bananes plantains vertes (non mûres). Les bananes plantains sont coupées en rondelles ou en morceaux, frites jusqu’à ce qu’elles soient dorées mais encore tendres, puis aplaties et frites à nouveau jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes. Les tostones sont généralement assaisonnés de sel et servis comme une délicieuse alternative aux croustilles ou aux frites. Ils sont souvent accompagnés de sauces à tremper comme le mojo à l’ail ou le mayonnaise-ketchup (une combinaison de mayonnaise et de ketchup).

En explorant les contrastes et les différences entre les coutumes des pays, nous découvrons la nature multiforme de l’expression culturelle et les influences historiques, religieuses et sociales uniques qui façonnent ces célébrations. Des origines enracinées dans les premiers mouvements féministes aux dimensions religieuses et commerciales, la fête des mères en Amérique latine incarne une fusion de tradition et de modernité.

A propos de l'auteur

Gabriela Solis

Gabriela Solis is Ria's Senior Content Writer. Located in Querétaro, México, she focuses on telling stories that show the myriad human faces of remittances.

RIA Lithuania UAB. © 2024 Continental Exchange Solutions, Inc. Tous droits réservés.